Préambule

Ces dernières années le pouvoir en place a remis en cause comme jamais les droits et garanties collectives.

Nous sommes face à un véritable « abattoir social ».

Doit-on s’y laisser conduire ? Au nom de quoi devrions-nous subir ?

Parce que les « lois économiques » sont incontournables, comme nous le rabâchent politiciens et médias ? Les fameuses « lois économiques » ont ceci de particulier qu’elles ne sont pas des règles intangibles, incontournables. Elles ne sont que le résultat de choix politiques. Même si elles utilisent des modèles mathématiques sophistiqués, ceux-ci sont élaborés pour répondre à une orientation fixée au préalable. Elles n’ont donc rien de fatales. La question première est bien celle du choix politique.

Quel but fixe-t-on au fonctionnement économique d’une nation ?

Doit-il être comme aujourd’hui déterminé par le seul intérêt et profit d’une extrême minorité ? Où doit-on le concevoir pour que l’ensemble des citoyens puissent vivre dignement en ayant ce dont ils ont besoin ?

La réforme des retraites voulue par le pouvoir actuel illustre parfaitement cette question. Une réforme qui va diminuer les revenus de la très grande majorité au profit d’une réorientation de sommes colossales vers des fonds financiers profitant à quelques-uns déjà extrêmement riches. Nous n’avons aucune raison de laisser faire, puisque l’ensemble des richesses est créé précisément par ceux qui vont être spoliés par cette réforme. Ces richesses doivent être réattribuées à ceux qui en sont à l’origine.

Le régime de retraite actuel est un des dispositifs, avec les autres branches de la Sécurité Sociale, très structurant pour la société. Il maintient en dehors du domaine de la finance privée une part importante de la vie des citoyens. Ce régime a montré son efficacité, au contraire des autres types de régimes à points ou des systèmes par capitalisation. Il n’y a aucune raison de remettre en cause ses fondements (*).

Mais il est encore améliorable. Un régime unique, 100% Sécurité Sociale, par répartition et par annuités est une voie possible pour le faire.

Face au pouvoir en place qui veut transformer profondément notre société, défendons les conquis sociaux comme la retraite. Mais pour la défendre plus efficacement, passons à l’attaque en proposant une évolution du régime actuel qui soit profitable à tous. Il est possible de rassembler toutes les corporations et métiers autour d’un régime unique des retraites qui conservent et améliorent les droits de chacun. Le pouvoir cherche en permanence à opposer les français entre eux, prenons le contre pied en proposant notre propre réforme. Ce régime unique ne serait pas une si grande nouveauté, mais simplement la poursuite du travail entrepris à la création de la Sécurité Sociale. Les créateurs de celle-ci avaient un objectif qu’ils n’ont pu atteindre à l’époque, faisons le maintenant.

Un régime unique 100% Sécurité Sociale, cela veut dire la fin des régimes complémentaires (qui sont des régimes à points), la fin des régimes spéciaux et autonomes, mais tout cela pour faire profiter à tous des dispositifs sociaux les plus avancés.


(*) : voir les publications du comité de mobilisation pour les retraites de l’INSEE et de la DARES https://ufsecgt.fr/spip.php?article7452